Route Dempster

(Route 5 au Yukon et route 8 aux TNO)

La route Dempster commence 40 km (25 mi) à l’est de Dawson City, au Yukon, et se termine à Inuvik, aux Territoires du Nord-Ouest. Depuis novembre 2017, les gens qui empruntent la route Dempster peuvent parcourir 138 km de plus sur la route 10 des TNO pour atteindre Tuktoyaktuk. La route 10 commence dans la forêt boréale, puis dépasse la limite forestière pour s’enfoncer dans la toundra avant d’atteindre l’océan Arctique.

La nouvelle route reliant Inuvik à Tuktoyaktuk ne fait pas partie de la route Dempster. Cette dernière s’étend sur 740 km (460 mi), traverse les chaînes de montagnes Tombstone, Ogilvie, et Richardson ainsi que trois zones écologiques, ce qui permet de contempler des espèces sauvages et d’admirer certains des plus beaux paysages d’espace naturel au monde.

Achevée en 1978, la route Dempster est la seule route publique au Canada à traverser le cercle polaire arctique. La route doit son nom au sergent W.J.D. Dempster, de la police à cheval du Nord-Ouest, qui a été envoyé à la recherche de la « patrouille perdue » pendant l’hiver 1910-1911. La construction de la route a commencé à la fin des années 1950 dans le cadre du programme d’établissement des voies d’accès aux ressources du Canada, mais à l’époque, seulement 117 km (72,7 mi) ont été construits. Dans les années 1970, les travaux ont recommencé puisqu’une voie de transport terrestre vers Inuvik était nécessaire pour répondre aux besoins de l’exploration pétrolière à grande échelle dans la mer de Beaufort. Depuis ce temps, des touristes provenant de partout dans le monde ont découvert la beauté phénoménale de cette route et en ont fait le point de mire de leurs vacances.

Il est possible d’obtenir des renseignements sur cette route et les conditions routières au Centre d’information touristique de Dempster Delta, situé dans la rue Front, à Dawson City. Vous trouverez aussi un panneau d’interprétation à la jonction des routes Klondike et Dempster.

La section de la route qui se trouve aux TNO vous fera passer par les collectivités de Fort McPherson, Tsiigehtchic, et Inuvik. Tout au long du trajet, vous croiserez plusieurs terrains de camping territoriaux, des belvédères, des sites où pique-niquer et des endroits où pêcher.

Les terrains de camping territoriaux situés en bordure de la route Dempster sont : Nitainlaii, Vadzaih Van Tshik et Gwich’in. À Inuvik, les terrains de camping Jàk et Happy Valley peuvent facilement accueillir des véhicules de plaisance.

Une fois rendu à Inuvik, vous pouvez vous aventurer jusqu’à l’océan Arctique.

Des stations-service où il est possible de se procurer essence, diesel et propane sont situées à Fort McPherson, Inuvik et Tuktoyaktuk (pas de propane à Tuktoyaktuk) aux TNO, ainsi que dans la plaine d’Eagle au Yukon.

Les kilomètres et les milles indiquent la distance à partir du début de la route Dempster, au Yukon, soit à la jonction de la route 2 (route Klondike) et de la route 5 (route Dempster).

En entrant aux TNO, la route Dempster devient la route 8.

Distance depuis Inuvik et Tuktoyaktuk jusqu’à certains lieux
Distance Inuvik Tuktoyaktuk
Inuvik, NTO / 138 km (86 mi)
Cercle arctique, Yn 331 km (205 mi) 469 km (291 mi)
Plaine d’Eagle, Yn 379 km (236 mi) 517 km (322 mi)
Dawson City, Yn 774 km (481 mi) 912 km (567 mi)
Whitehorse, Yn 1,227 km (762 mi) 1,365 km (848 mi)
Calgary, Alb. 3,532 km (2,195 mi) 3,670 km (2,285 mi)
Fort Nelson, C.-B. 2,200 km (1,366 mi) 2,338 km (1,452 mi)
Edmonton, Alb. 3,235 km (2,010 mi) 3,373 km (2,096 mi)
Vancouver, C.-B. 3,898 km (2,422 mi) 4,036 km (2,508 mi)
Toronto, Ont. 6,611 km (4,120 mi) 6,749 km (4,206 mi)

Camping du mont Tombstone

Kilomètre 72 (mille 45)

30 emplacements de camping.

Belvédère du mont Tombstone

Kilomètre 75 (mille 47)

Passage North Fork

Kilomètre 82 (mille 51)

À une altitude de 1 298 mètres (4 229 pieds), il s’agit du point le plus élevé de la route Dempster.

Plaque commémorative

Kilomètre 117 (mille 72)

La Police à cheval du Nord-Ouest (devenue la Gendarmerie royale du Canada) a sillonné ce territoire au cours de ses patrouilles qui duraient un mois entre Dawson City et Aklavik. Cette plaque commémore le rôle du sergent W.J.B. Dempster.

Camping du ruisseau Engineer

Kilomètre 194 (mille 120)

Le gouvernement du Yukon exploite ce terrain de camping qui compte 15 emplacements, un abri-cuisine, l’approvisionnement en eau, des toilettes et d’autres commodités.

Pont de la rivière Ogilvie

Kilomètre 223 (mille 141)

Au kilomètre 242 (mille 150), la route Dempster quitte la vallée et entame une montée de 915 mètres (3 000 pieds) à travers la ligne de partage des eaux et la plaine d’Eagle.

Belvédère Ogilvie-Peel

Kilomètre 259 (mille 161)

Forêt ivre

Kilomètre 281 (mille 174)

L’évolution du pergélisol a provoqué un soulèvement du sol sous un ensemble de pins gris et d’épinettes noires.

Hôtel et terrain de camping pour véhicules de plaisance de la plaine d’Eagle

Kilomètre 369 (mille 229)

À mi-chemin entre le début de la route Dempster et Inuvik. Le site est ouvert toute l’année et propose différents services : restaurant, bar-salon, garage multiservices, parc pour véhicules de plaisance et terrain de camping de 15 emplacements.

Cercle arctique

Kilomètre 405 (mille 252)

En sortant de la plaine d’Eagle, la route traverse le cercle polaire arctique, où le soleil ne se couche pas pendant six semaines en été. N’oubliez pas de prendre une photo à côté du panneau!

Terrain de camping de la rivière Rock

Kilomètre 447 (mille 277)

Ce terrain de camping se trouve au creux de l’étroite gorge des monts Richardson. Il compte 17 emplacements bien à l’abri des éléments.

Sommet du col Wright

Kilomètre 464 (mille 288,3)

Le plus haut point de la route avant que les voyageurs entrent aux Territoires du Nord-Ouest.

Frontière entre les TNO et le Yukon

Kilomètre 465 (mille 288,9)

Vous trouverez ici une halte routière et un centre d’interprétation. La route Dempster sillonne les monts Richardson et coupe pour la troisième fois la ligne de partage des eaux.

Les kilomètres et les milles indiquent la distance à partir de la frontière entre les TNO et le Yukon.


Camp de la route James Creek

Kilomètre 14,4 (mille 8,9)

Aucun service n’y est offert, mais c’est un excellent endroit où pêcher de l’ombre.

Lac Midway

Kilomètre 43,9 (mille 27,3)

Site du festival de musique du lac Midway, qui se tient annuellement pendant la longue fin de semaine d’août.

Aire de fréquentation diurne du parc territorial Tetlit Gwinjik

Kilomètre 71 (mille 44,1)

Niché sur la berge nord du plateau de la rivière Peel, ce point d’interprétation offre une vue panoramique englobant les monts Richardson, le delta du Mackenzie et la collectivité de Fort McPherson, sur les rives de la rivière Peel.

Traversier Abraham Francis – traversée de la rivière Peel

Kilomètre 74,2 (mille 46,1)

Le service de traversier est assuré de début juin à mi-octobre et est offert en fonction de l’affluence entre 9 h 15 et 12 h 45.

En hiver, il est remplacé par une route de glace.

Attention!

Il n’est pas possible de traverser la rivière durant la période de dégel au printemps ni durant la période de gel à l’automne. Pour vérifier les conditions au moment de votre passage, composez le 1-800-661-0750 ou visitez le

Parc territorial Nitainlaii

Kilomètre 75,9 (mille 47,2)

Situé sur une falaise qui surplombe la rivière Peel, le terrain de camping de 23 emplacements sans électricité est entouré de bouleaux gris et d’épinettes blanches. C’est un endroit idéal où se reposer. Visitez le centre d’information touristique pour avoir un aperçu fascinant de la vie actuelle et passée des peuples autochtones Dénés et Gwich’in.

Fort McPherson

Kilomètre 85,4 (mille 53,1)

Fort McPherson (791 habitants) est une collectivité gwich’in Tetlit pittoresque située dans le delta du Mackenzie. Aujourd’hui, Fort McPherson attire maints voyageurs qui se rendent au bout de la route.

À ne pas manquer

  • La Fort McPherson Tent and Canvas Company, mondialement connue pour ses tentes de prospecteur, ses tipis et ses robustes sacs en toile
  • Les pierres tombales de la « patrouille perdue » de la Police à cheval du Nord-Ouest

Frog Creek

Kilomètre 122,4 (mille 76,1)

Traversier Louis Cardinal – traversée du fleuve Mackenzie et de la rivière Arctic Red

Kilomètre 142,6 (mille 88,6)

Ce traversier est en service de 9 h 30 à 12 h 45 de début juin à mi-octobre, et fonctionne selon l’affluence. Il traverse le fleuve Mackenzie et dessert aussi Tsiigehtchic. Vous devez informer à l’avance le personnel que vous souhaitez vous rendre à cet endroit.

En hiver, il est remplacé par une route de glace.

Attention!

Il n’est pas possible de traverser durant la période de dégel au printemps ni durant la période de gel à l’automne. Pour vérifier les conditions au moment de votre passage, composez le 1-800-661-0750 ou visitez le

Tsiigehtchic

Kilomètre 142,6 (mille 88,6)

Tsiigehtchic, qui signifie « embouchure de la rivière de fer », est une collectivité comptant 177 habitants. Elle se trouve au confluent de la rivière Arctic Red et du fleuve Mackenzie. La plupart des résidents Gwichya Gwich’in vivent selon le mode de vie traditionnel, pratiquant chasse, pêche, et piégeage.

Rivière Rengling

Kilomètre 177,9 (mille 110,5)

Un superbe endroit où pique-niquer et pêcher l’ombre arctique.

Parc territorial gwich’in

Kilomètre 277 (mille 172,1)

La route Dempster délimite les 8 800 hectares du parc et mène les visiteurs vers deux terrains de camping, deux aires de fréquentation diurne, un belvédère panoramique et un sentier de randonnée. Le parc abrite plusieurs merveilles naturelles de la région du delta du Mackenzie : des falaises calcaires, des peuplements végétaux rares de l’Arctique, des haltes d’oiseaux migrateurs et le lac Campbell, un bon exemple d’un delta qui se déverse.

Les cinq endroits qui suivent sont situés dans le parc et offrent des aires de fréquentation diurne ou des installations de camping.

Camping Vadzaih Van Tshik, parc territorial Gwich’in

Kilomètre 221 (mille 137,4)

À côté du ruisseau Caribou se trouvent dix emplacements de camping sans électricité; ils sont bien protégés des éléments par la falaise abrupte située sur le côté nord. Des oiseaux de proie survolent le parc du haut des airs. Le camping Vadzaih Van Tshik ne dispose pas d’accès internet; il n’est donc pas possible de réserver des emplacements en ligne depuis le site NWTParks.ca. Ce camping dispose d’un kiosque libre-service à l’entrée, où les voyageurs sont priés de s’inscrire dans leur ordre d’arrivée.

Belvédère Tithegeh Chii Vitaii du parc territorial Gwich’in

Kilomètre 225,9 (mille 140,4)

Quittez la route pour une courte promenade à pied qui vous mènera en bordure des falaises surplombant le lac Campbell. Soyez attentif, vous y verrez peut-être des faucons pèlerins. Des grenouilles des bois y habitent, cet endroit étant à la limite nord de leur aire de répartition. Pendant que vous y êtes, profitez également du sentier pédestre (d’environ 500 mètres).

Terrain de camping du parc territorial Gwich’in

Kilomètre 240 (mille 149)

Les installations comprennent 29 emplacements de camping sans électricité et quatre emplacements pour tentes. Profitez du spectaculaire rivage du lac Campbell.

Aire de fréquentation diurne Ehjuu Njik du parc territorial Gwich’in

Kilomètre 244,3 (mille 154,9)

Passez l’après-midi au bord du ruisseau Cabin et profitez-en pour faire un pique-nique ou lancer votre ligne à l’eau et taquiner l’ombre arctique.

Aire de fréquentation diurne Nihtak du parc territorial Gwich’in

Kilomètre 254 (mille 157,8)

Ce parc de fréquentation diurne offre un accès au lac Campbell, au pied des collines Dolomite. Durant le ruissellement des eaux, au printemps, un grand nombre de corégones migrent vers le ruisseau pour s’y reproduire. Passez la journée à pique-niquer et à admirer le magnifique paysage qui vous entoure.

Jonction de la route de l’aéroport

Kilomètre 259,3 (mille 161,1)

Les installations de l’aéroport sont situées à gauche, alors qu’Inuvik se trouve à l’extrémité de la route, vers la droite.

Parc territorial Jàk

Kilomètre 266,0 (mille 165,3)

Situé à proximité d’Inuvik, ce parc compte 11 emplacements de camping avec électricité et 25 emplacements sans électricité. Une tour d’observation permet de contempler les magnifiques vues des paysages avoisinants et offre la possibilité de faire de l’ornithologie. Faucons, aigles, canards et autres vous y attendent... Vous y trouverez également des canneberges, des bleuets, et des chicoutés; le parc devant d’ailleurs son nom à tous ces petits fruits puisque Jàk signifie baie dans la langue Gwich’in. Vous pouvez réserver votre emplacement sur le .

Inuvik

Kilomètre 269,3 (mille 167,3)

La route Dempster se termine à Inuvik (3 170 habitants), la plus grande collectivité de la région, où débute la route vers Tuktoyaktuk. Cette collectivité moderne de l’arctique possède tous les services nécessaires aux touristes et propose des excursions en avion ou en bateau vers d’autres collectivités et vers des sites d’intérêt dans le delta du Mackenzie.

Inuvik sert également de base à partir de laquelle il est possible de visiter d’autres collectivités et parcs territoriaux. Prenez la route du Nord jusqu’à Tuktoyaktuk pour vous tremper les pieds dans l’océan Arctique. En été, prenez le bateau vers Aklavik ou Tuktoyaktuk, ou envolez-vous vers d’autres collectivités éloignées situées sur la côte arctique comme Ulukhaktok, Sachs Harbour, et Paulatuk. Pensez à réserver un vol avec Parcs Canada vers le parc national Ivvavik et l’île Herschel. En hiver, empruntez la route de glace reliant Inuvik à Aklavik.

Situé à 220 km (124 milles aériens) au nord du cercle arctique, Inuvik est éclairé par le soleil de minuit du 24 mai au 24 juin.

Le soleil ne se couche pas pendant 57 jours. En contrepartie, du 5 décembre au 5 janvier, le soleil ne passe pas l’horizon pendant 30 jours, mais offre tout de même quatre heures de crépuscule.

À ne pas manquer

  • Le centre d’information touristique régional de l’Arctique de l’Ouest, qui se trouve dans un bâtiment unique en son genre et présente des éléments typiques du Nord
  • L’église Igloo, le bâtiment le plus connu d’Inuvik
  • La serre communautaire, logée dans un ancien aréna, qui offre une splendide oasis de verdure
  • Le Centre de recherche Aurora, où des scientifiques venant de partout dans le monde présentent au public des exposés sur leurs projets de recherche
  • Le Great Northern Arts Festival, qui a lieu la troisième semaine de juillet et attire des talents formidables de partout dans le Nord

Parc territorial Happy Valley

Situé à Inuvik, ce parc se trouve à distance de marche des installations et attraits de la ville. Il compte 19 emplacements avec électricité et 15 emplacements sans électricité, en plus d’un emplacement collectif pour tentes. Situé sur une falaise surplombant la portion est du fleuve Mackenzie, ce parc offre une vue époustouflante sur les monts Richardson. Vous pouvez réserver un emplacement au parc territorial Happy Valley sur le site Web .

Route d’Inuvik à Tuktoyaktuk (route 10)

Pour la première fois dans l’histoire du Canada, les voyageurs peuvent emprunter un réseau routier reliant les trois côtes du pays. À partir de novembre 2017, la toute nouvelle route de 138 km (85,6 milles) reliant Inuvik à Tuktoyaktuk va permettre de faire connaître ce hameau de 898 habitants et la région de Beaufort-Delta au monde entier.

Pour accéder à cette route, vous pouvez suivre le chemin Mackenzie et traverser Inuvik (tournez à droite sur le chemin Navy) ou prendre le chemin Marine Bypass (tournez à droite sur le chemin Navy). Le chemin Navy vous mènera à la route d’Inuvik à Tuktoyaktuk qui débute à la sortie de la collectivité.

Au cours de leur expédition au nord d’Inuvik, les voyageurs auront l’occasion d’admirer de splendides panoramas sur des centaines de lacs, de s’extasier devant le magnifique delta du fleuve Mackenzie et d’explorer en voiture les rives de l’océan Arctique. Ils trouveront huit aires de repos où s’arrêter pour se dégourdir les jambes et profiter de leur aventure.

La route d’Inuvik à Tuktoyatuk peut être divisée en trois zones:

  1. les hautes terres (à partir d’Inuvik jusqu’aux collines du Caribou)
  2. les lacs (partie centrale s’étirant du lac Parsons au lac Husky)
  3. les plaines de Tuk (la dernière zone qui englobe les petits lacs et les terres humides des plaines littorales autour de Tuktoyaktuk)

Les hautes terres

Kilomètre 0 (mille 0)

La zone des hautes terres traverse les collines du Caribou et se caractérise par la présence d’arbres rabougris (peupliers, bouleaux, épinettes blanches). En traversant les hautes terres, les voyageurs croiseront la zone de migration automnale des hardes de caribous de Bluenose West et du cap Bathurst. Les voyageurs traverseront 4 ponts dans cette zone : au kilomètre 2,5 (mille 1,5), au kilomètre 8,4 (mille 5,2), au kilomètre 26,1 (mille 16,2) et au kilomètre 40,4 (mille 25,1). Ils trouveront aussi sur leur chemin trois aires de repos pour faire une pause bien méritée : au kilomètre 29 (mille 18), au kilomètre 30 (mille 18,6) et au kilomètre 41 (mille 25,5).

Les lacs

Kilomètre 52 (mille 32,3) environ

La zone des lacs commence aux alentours du kilomètre 52 (mille 32,3) et se trouve entre les collines du Caribou et les plaines littorales de Tuktoyaktuk. Cette zone compte deux ponts, au kilomètre 57,3 (mille 35,6) et au kilomètre 69,1 (mille 42,9), et deux aires de repos, au kilomètre 62 (mille 38,53) et au kilomètre 71 (mille 44,12). Dans cette zone, les voyageurs pourront découvrir deux grands lacs, le sublime lac Parsons et le magnifique lac Husky. Dans cette zone de transition, la végétation est parsemée d’arbrisseaux et de petits arbres rabougris de la toundra qui poussent habituellement à l’abri des vallées fluviales des basses terres.

Les plaines de Tuk

Kilomètre 87 (mille 54,06) environ

Cette zone vous offrira des paysages à couper le souffle ponctués de végétation ligneuse, de centaines de lacs et de pingos du Beaufort-Delta. Les plaines de Tuk sont riches d’histoire et de traditions. Vous y découvrirez de nombreux sites intéressants dédiés à la culture autochtone. La zone est très fréquentée par les caribous et les grizzlis. Les hardes de caribous la traversent lors du rut de l’automne et les grizzlis y mettent bas pendant l’hiver. Arrêtez-vous pour admirer les panoramas uniques des plaines de Tuk sur une des aires de repos de ce tronçon, au kilomètre 107 (mille 66,5), au kilomètre 103 (mille 64), ou encore sur l’aire des pingos qui se trouve à 3 kilomètres (1,86 mille) du hameau de Tuktoyaktuk). Vous traverserez deux ponts dans ces plaines, au kilomètre 92,6 (mille 57,5) et au kilomètre 104,1 (mille 64,7).

Tuktoyaktuk

Sur les rives de l’océan Arctique se trouve le paisible hameau de Tuktoyaktuk, peuplé de 898 habitants. Tuktoyaktuk, ou Tuktuuyaqtuuq (Tuk), son nom traditionnel en langue inuvialuite, signifie « l’endroit qui ressemble à un caribou ». Aujourd’hui, on utilise souvent le diminutif Tuk pour évoquer Tuktoyaktuk.

Histoire

Tuk est connu et réputé depuis longtemps pour sa pêche traditionnelle à la baleine. Depuis la nuit des temps, les Inuvialuits vivent sur les rives de l’océan Arctique et sont installés de manière sédentaire à Tuktoyaktuk depuis 1905. Pendant des siècles, la zone était un lieu privilégié pour la pêche et la chasse au caribou et au béluga. Tuk a su conserver ses traditions et de nombreux habitants pratiquent encore la chasse, la pêche et la trappe.

Services sur place

Tuktoyaktuk offre de nombreux services communautaires:

  • Deux stations-service (Northern Commerce et Bob’s Welding Gas Bar) disposant d’essence et de diesel. Par contre, vous ne trouverez pas de propane en ville
  • Deux magasins d’alimentation (Northern et Stanton)
  • Un dépanneur (End of the Road Commerce), ouvert de 7 h à minuit (4 jours par semaine)
  • Deux établissements proposant de la nourriture à emporter (Stanton Commerce et End of the Road Commerce)
  • Il est possible de stationner ou de camper la nuit à Point Area, près des abris pour pique-nique (camping sauvage seulement, ne laissez pas de traces)
  • Six guides touristiques offrent leurs services à Tuktoyaktuk et proposent des visites guidées de la collectivité, des croisières, des excursions, ou des expéditions pour pêcher, chasser ou camper
    • Arctic Tour Company: 867-977-2230
    • Chuck Gruben's Guiding and Outfitting: 867-977-2360
    • C-Tap Guiding and Outfitting Services: 867-977-2669
    • Cockney Big Game Hunting: 867-678-5368
    • Joanne's Taxi: 867-977-2547
    • Ookpik Tours and Adventures: 867-977-2170

Site canadien historique des pingos

Le site canadien historique des pingos, unique en son genre, est une zone naturelle protégée comptant huit pingos (sur les 1350 de la région), notamment Ibyuk Pingo, le plus grand pingo au Canada et le deuxième plus grand au monde. Ibyuk Pingo mesure 49 mètres (160 pieds) de hauteur et s’étend sur 300 mètres (984 pieds) à la base. Ibyuk aurait plus de 1 000 ans selon les estimations, et il grandit de 2 cm (0,8 po) par an. Traditionnellement, les pingos servaient de repères de navigation aux inuvialuites et de points d’observation pour scruter les hardes de caribou et les baleines à l’horizon.

Le site canadien historique des pingos se trouve à 5 kilomètres (3 milles) à l’ouest de Tuktoyaktuk. Pour accéder à la promenade de bois d’observation des pingos, mettez votre canot ou kayak à l’eau (ou louez-en un) sur la plage de l’aire de fréquentation diurne et pagayez vers l’ouest, en direction des pingos, pendant 30 à 40 minutes. Le Club de canot de Tuktoyaktuk loue des canots aux visiteurs responsables. Pour en louer un (avec pagaies et gilets de sauvetage), renseignez-vous au détachement local de la GRC (veuillez noter que le détachement n’est pas ouvert en tout temps en raison de ses activités). Les visiteurs peuvent randonner sur les pingos, mais il est interdit de les parcourir en véhicule tout terrain ou en motoneige.

Le saviez-vous?

Il existe deux types de pingos: les pingos hydrauliques (système ouvert) et les pingos hydrostatiques (système clos).

  • Un pingo à système ouvert est constitué de couches fines ou discontinues de pergélisol provenant des eaux souterraines qui passent à travers le pergélisol via un puits artésien avant d’entrer en contact avec la surface gelée. Le puits artésien expulse les eaux souterraines à la surface et ces dernières poussent les morts-terrains; ce qui crée le pingo
  • Un pingo à système clos est constitué de couches continues de pergélisol. Il se créé lorsqu’une masse d’eau comme un lac infiltre les zones non gelées sous la surface du sol, mais au-dessus du pergélisol continu. Lorsque le pergélisol avance, il gèle le sol saturé en eau qui se transforme en lentille de glace. Sous la pression hydrostatique, cette lentille de glace se lève vers la surface et forme un talus gélif ou pingo

Maison de glace de Tuktoyaktuk

Unique en son genre, la maison de glace de Tuktoyaktuk fait office de congélateur géant pour la collectivité. Cette « maison » cache en fait 19 salles reliées par trois tunnels. Ce réseau sous-terrain a été creusé dans le pergélisol il y a plus de 50 ans, en 1963. La population utilise cette maison de glace pour conserver la viande résultant des chasses. La maison de glace n’est d’ailleurs par ouverte au public pour garantir la bonne conservation de cette viande.

Goélette « Our Lady of Lourdes »

Sur la route principale de Tuktoyaktuk, vous découvrirez une ancienne goélette magnifiquement restaurée, Our Lady of Lourdes. Pendant plus de 20 ans (dans les années 30 et 40), la goélette a servi de navire de livraison pour les missions catholiques éloignées disséminées entre Tuktoyaktuk et Cambridge Bay, au Nunavut.